mercredi 25 janvier 2017

Favoris du moment #2

Janvier est bientôt terminé et j'ai déjà eu plusieurs coups de coeur ! Et il n'y a que du culturel dedans (un jour, j'essaierai de parler d'autre chose, c'est promis). J'ai réussi à trouver le temps pour aller 8 fois au cinéma, rien que pour les trois premières semaines du mois, ce qui n'était pas arrivé depuis longtemps et ça m'avait beaucoup manqué.

 

La La Land de Damien Chazelle - Tout le monde l'attendait, toutefois je n'étais pas si excitée que ça par sa sortie. Je souhaitais le voir, mais sans plus. Pourtant ce fut un vrai coup de coeur ! J'ai pleuré tant je l'ai trouvé beau, que ce soit visuellement ou sur son message. Les musiques m'ont donnée envie de danser, et je ne cesse de les fredonner depuis que je suis sortie du cinéma. Ryan Gosling et Emma Stone font, définitivement, un très joli duo, et Damien Chazelle les filme avec amour et passion.

L’Art des studios d’Animation Walt Disney – Le Mouvement par Nature - J'attendais avec impatience de pouvoir découvrir cette exposition qui se tient au musée Art Ludique et je n'ai pas été déçue. C'est une rétrospective très belle et informative, accompagnée de nombreux dessins que je n'avais jamais vus auparavant. Il est dommage que certains films soient mis de côté, mais la fan en moi de La Petite Sirène était heureuse de retrouver un espace sur son film favori. J'avais prévu de faire un article sur cette exposition, mais il m'a semblé plus simple de synthétiser mon avis ici, quoiqu'il en soit vous avez jusqu'au 5 mars pour pouvoir la découvrir. Et il ne faut pas la manquer.

Nocturnal Animals de Tom Ford - Oui, encore un film ! Mais lorsque mes chouchous se retrouvent pour un film dirigé par le réalisateur de A Single Man, je ne pouvais pas passer à côté. Amy Adams et Jake Gyllenhaal m'ont époustouflée et laissée sans voix devant ce film. J'ai beaucoup aimé la lecture du roman d'Edward, j'ai eu beaucoup d'empathie pour ce que ressentait Susan durant celle-ci. La fin m'a quelque peu bouleversée, et m'a fait longuement réfléchir.

Professeur Layton vs Phoenix Wright Ace Attorney - Depuis le temps que je voulais y jouer ! Ce jeu de Nintendo 3DS était introuvable et c'est sur Twitter que j'ai trouvé une adorable personne pour me le prêter. Depuis j'y joue presque tous les jours (bien que je fasse une pause ces derniers jours). Je trouve l'enquête fascinante et je prends toujours autant de plaisir à jouer les avocates et résoudre des énigmes. Les design sont également très sympathiques, les deux styles se mélangent très bien.

A part pour le cinéma et cette exposition, je ne suis pas vraiment sortie. J'ai été dans les endroits habituels pour manger, donc je n'ai pas vraiment fait de découverte, et je n'ai craqué sur rien (pas même en cette période de soldes)

Et pour vous, quels sont vos coups de coeur en ce début d'année ? 

Bisous de chat !

mardi 17 janvier 2017

Le désastreux article

Si vous venez de cliquer malencontreusement sur le lien de cet article, je vous déconseille de lire ce qui va suivre. Aucune personne saine d'esprit n'aimerait lire les mots suivants, mêmes les plus braves ne s'y oseraient. Car je m'apprête, bien malheureusement, à vous donner mon avis sur une série adaptée des livres les plus tristes de l'Histoire des livres. 

Mais si vous insistez... 

Vous l'aurez deviné, c'est de l'adaptation par Netflix de Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire qui est la vedette de cet article. Annoncée en 2014, elle est enfin sortie le vendredi 13 janvier 2016 sur la plateforme. Une terrible malchance pour Violet, Klaus et Sunny, ce jour n'aura pas été de bonne augure pour eux.


Si vous suivez mon blog depuis le début, ou que vous me connaissez via Twitter, vous n'êtes pas sans savoir que j'aime énormément cette saga. Je l'ai découverte lorsque j'avais 8 ou 9 ans, et les romans m'accompagnaient partout. Je l'aimais d'ailleurs tellement que je n'avais pu me résoudre à lire le dernier tome "La Fin". Mais je l'ai finalement fait, juste avant l'annonce de la série, et je vous en parlais même ici !

Mais d'abord, pour ceux qui viennent d'arriver, pour les courageux qui ont décidé de lire cet article : qui sont les Orphelins Baudelaire ? Et pourquoi leurs aventures sont-elles si désastreuses ? C'est une bien longue histoire, et celle-ci est bien mieux contée par Lemony Snicket. Il a enquêté sur la bien triste infortune des enfants Baudelaire qui ont perdu leurs parents dans un incendie et se retrouvent sous la garde d'un étrange personnage, le Comte Olaf.

J'apprécie énormément le film avec Jim Carrey, mais sa chronologie et son manque de suite n'ont su satisfaire mon envie de voir les aventures, aussi terribles fussent-elles, de ces enfants sur un écran. Heureusement, Netflix changea la donne. Et avec Barry Sonnenfeld à la réalisation et Daniel Handler au scénario, le premier devant réalisé le film de 2004 et le second n'étant autre que l'auteur des romans, on ne pouvait confier le projet qu'en de meilleures mains. 

Je ne peux pas dire que la série est un coup de coeur. J'ai, tout de même, beaucoup aimé, et je ne suis pas déçue. Si le casting me convient parfaitement, Olaf (interprété par Neal Patrick Harris) est parfois surjoué et la pauvre Sunny souffre d'un coup de CGI à la tête. Les enfants correspondent à l'idée que je me faisais d'eux lors de ma lecture, Malina Weissman et Louis Hynes font honneur aux aînés des Baudelaire. Le reste des acteurs est plutôt sympathique et divers pour une histoire si lugubre. D'ailleurs K. Todd Freeman a réussi à rendre Mr. Poe encore plus insupportable que dans les livres, bravo à lui.

Sonnenfeld et sa réalisation ne sont pas sans rappeler la série Pushing Daisies (il a réalisé le pilot) ou encore le style du réalisateur Wes Andersen. C'est mignon, un peu kitsch et on sent qu'il y a tout une idée derrière. Ce n'est pas pour autant qu'ils ont oublié le côté sombre des romans, il est bien présent avec les terribles lieux que les orphelins visitent. On est jamais trop certain, comme dans les romans, où l'histoire se déroule et quand, il y un air rétro des 50's et pourtant ils semblent connaître internet. Un moyen comme un autre de perdre le spectateur. C'est une esthétique qui me plaît particulièrement, que ce soit dans les décors ou les costumes, tout ça m'envoie dans un univers nouveau. Il y a parfois quelques capotages, notamment sur les effets spéciaux, mais la série reste très appréciable. Il y a un petit côté musical très sympathique, ce qui ravie mon coeur.

Pour cette première saison de huit épisodes, nous retrouvons les quatre premiers tomes. Pour les fans, les six épisodes sembleront redondants, puisque les mêmes ont déjà été adaptés au cinéma, et pourtant l'équipe a su trouver comment nous (en tout cas moi) faire accrocher. Lemony Snicket, le narrateur, est très présent, rappelant énormément les romans. Il est d'ailleurs très bien interprété par Patrick Warburton (il a doublé de nombreux personnages d'animation), il a un don pour conter les histoires, même les plus tristes. Comme dans les livres, il est là pour relater les événements mais aussi apprendre des choses au spectateur, sans pour autant jamais le prendre de haut. Dans ça, la série réussit ce qu'il manquait au film. Il y a un côté didactique, ainsi que l'idée que des enfants sont parfois souvent plus intelligents qu'on ne le pense. Daniel Handler, dans son écriture, reprend très bien les codes de ses romans, et arrivent pourtant à intriguer les lecteurs de la première heure.


Nous retrouvons également les références à cette chère Beatrice, nous rappelant à chaque début d'épisode à quel point Lemony l'aimait et qu'elle est bel et bien morte. Ce qui fait plaisir, car c'est un élément très important des romans.

Mais il n'y a pas que ça, la série est très riche de références culturelles, tout comme d'indices sur les événements à venir. C'est ce qui me plaît beaucoup dans cette série : l'enquête. Et ici, tout me semble bien ficelé, apporté comme et quand il faut.

Pour le moment, mes épisodes favoris sont les trois et quatre, "The Reptile Room: Part One" et "The Reptile Part: Two". Bien que les serpents me donnent envie de vomir, ou de mourir, j'ai adoré l'interprétation d'Oncle Monty par Aasif Mandvi, il lui donne beaucoup de peps et de profondeur. Mais j'ai encore plus aimé les scènes au cinéma, un bonheur pour les yeux.

C'est donc avec regret que je vous annonce avoir beaucoup aimé cette série et attendre avec impatience, malgré les recommandations de Lemony Snicket, la suite.

mercredi 11 janvier 2017

"Feeling a little blue in January is normal."

J'aime beaucoup le principe des mood boards, je trouve ça très inspirant et ça en dit beaucoup sur la personne qui le fait. On en apprend un peu plus sur ce qu'elle aime, ce qu'elle souhaite, ce qu'il lui parle. Généralement utilisé par les graphistes, créateurs, le mood board est un moyen de montrer la direction prise pour un projet. 

Pour ma part, j'ai décidé de vous en partager pour vous montrer ce que j'aime, ce à quoi j'aimerais que ma vie ressemble. Il y aura de la couleur, des photos, des textures, des personnes, des citations... J'ignore si ce genre d'article vous plaira, ou encore à quelle fréquence je les posterais. Ce sera la surprise !


J'aime beaucoup l'hiver, c'est l'une de mes saisons favorites. J'apprécie le froid qui est l'occasion parfaite pour porter de gros pull, mais également pour rester au lit le matin. (J'aime aussi l'été, est-ce que cela fait de moi un personne étrange ?). En ce moment, je suis donc d'une douce humeur, aux couleurs pastels et un peu froides.

Je rêve de retourner voir la mer, que j'adore en cette saison. C'est très apaisant. Mais il est fort probable que je suis puisse y aller. J'aurais pourtant aimer m'y rendre en vélo, sentir le froid sur mes joues et m'asseoir sur le sable pour me vider la tête. Je vais donc me contenter d'errer seule dans les rues de Paris, et ce serait l'occasion de découvrir de nouveaux coins mignons.

Et avec la sortie de la série Netflix Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, j'ai pensé à une citation de Lemony Snicket. Et cette dernière correspond parfaitement à mon envie de solitude.

Amy, ma douce Amy Adams, elle est présente sur mon moodboard car elle est une vraie source d'inspiration, un vrai modèle. J'ai énormément aimé ces deux nouveaux films Premier Contact et Nocturnal Animals (j'ai plus apprécié le second que le premier, d'ailleurs). Elle me semble être une personne douce, drôle et discrète, ce que j'aimerai être.

Je me rends compte qu'il est assez difficile de décrire un moodboard et le choix des éléments présents. Mais ce peut-être un exercice intéressant, celui-ci permettant de trouver les bons mots pour parler d'une pensée, d'un état d'esprit.



Sources : 
Out of Reception - Suxan Wei - inconnu - Lemony Snicket, A Series of Unfortunate Events - Nyx Cosmetics - Hokusai, La Grande Vague de Kanagawa, par un inconnu - lit inconnu - Amy Adams par Leibovitz pour Vogue

Titre : citation dMarilu Henner.

mercredi 4 janvier 2017

Hello 2017

J'avais prévu de faire deux articles. Un pour vous parler de 2016, qui aurait du être posté la dernière semaine de l'année, et un second pour vous parler de mes attentes pour cette nouvelle année. Finalement, je vais faire les deux en même temps. Les dernières semaines, au travail, ont plutôt été intenses et ne m'ont pas laissée le temps de venir ici pour écrire. 

2016 aura été une année qui me laisse un goût mitigé. J'ai vécu de très belles choses, mais tous les aspects négatifs ont fini par prendre le dessus. J'ai dû dire au revoir à trop de personnes, célébrités ou surtout à mon bébé chat,mais également à des lieux, comme l'Angleterre, pour penser aux bons souvenirs. Il y en a, mais ils me semblent trop peu nombreux.


En 2016, je voulais penser à moi, me cultiver, découvrir de nouvelles choses, apprendre à m'accepter comme je suis, reprendre mes études. J'en ai réussi plusieurs, je pense. Le reste attendra encore un peu. J'ai surtout appris qu'il fallait savoir prendre le temps qu'il faut, qu'il faut s'écouter. Et aujourd'hui, je suis bien. J'ai un travail, mon premier chez-moi et plein d'amis parfaits. Il y aura eu énormément de changements, durant cette année passée, et si tous ne me plaisent pas, je suis quand même contente (heureuse me semble être trop grand par rapport à ce que je ressens)

Je n'ai pas vraiment réfléchi à des objectifs ou résolutions pour 2017, car je pense qu'ils restent les mêmes que ceux de l'année dernière. Vous pouvez d'ailleurs les retrouver ici. Je vais donc continuer sur cette voie, je vais m'écouter, penser à moi, mais aussi penser aux autres. J'ai envie de donner, de partager cette année. Mais j'ai tout de même une petite liste qui m'est venue en tête.

Donc en 2017, je vais tenter de trouver qui je suis vraiment. J'aimerai vraiment savoir ce que je veux dans la vie et ce dont j'ai besoin pour me sentir bien, et je sais déjà que changer de travail en fait parti. J'aimerais vraiment trouver une cause qui me tient à coeur et y participer. Je veux également me remettre au sport, car j'ai laissé tomber le run quand je suis revenue sur Paris, et ça me manque. Je veux continuer de découvrir plein de choses intéressantes, et pour ça il faut que je continue de regarder des documentaires (d'ailleurs, j'ai abandonné les articles mais est-ce que vous en voudriez des nouveaux ?), et pourquoi pas visiter un peu plus la France ? Je connais peu mon pays, ce qui est un peu triste. Et puis surtout me concentrer sur le positif, sans pour autant oublier les moments tristes à venir, mais il faut que j'apprenne à voir le bon côté des choses. 2017 sera, je l'espère, mieux que 2016. Déjà, il va y avoir des films que j'attends énormément au cinéma ! J'espère également lire de merveilleux roman et en lire au moins 40. Et puis il va y avoir les 25 ans de Disneyland Paris, ce qui risque d'être génial.

Mais j'en attends pas trop quand même, on sait jamais...

Bonne année à vous tous, et bisous de chat !

Crédit image : aloha jones design